Actus

20/09/2016

Week-end épique : 2 jours de course [TRIATHLON | CLM]

posté à 11h28 dans "News course"

Salut les Nines,

À une heure où Mélanchon nous apprend à manger équilibré, où Sarko se demande s’il va être en tête des primaires, où Hollande se demande s’il va sortir la tête de l’eau, où LePen fait des estivales à deux jours de l’automne, il y’a aussi des petites choses qui nous appartiennent qui résiste à ces minables politiques.

Malgré les beaux discours de ces véreux politiques où il ne faut pas « céder face à la menace jihadiste» ou encore « ne pas changer nos habitudes », le pouvoir sort une multitude d'excuses à la con pour arrêter de nous faire vivre normalement, justement, à coup d’arrêtés… Sous prétexte de sécurité.

Deux épreuves ont malgré tout survécu face aux multiples annulations préfectorales : le triathlon des Salins et le contre la montre de Besse sur Issole. Alors j’étais fièrement au départ de ces courses normales, dans un monde normal, pour passer un week end normal, dans des villages normals (ça se dit pas, mais ça rime).

D’abord le triathlon des Salins, le samedi… Ma vraie reprise… pas une course de test comme l’a été le triathlon de l’Alpe d'Huez, mais une vraie course avec une minimum de préparation. Pour rester dans la continuité de la saison 2015 : j’oublie ma combinaison de natation… Je me sens un peu à poil face à tous ces mecs en combinaison néoprène, mais bon… Une eau à 22°c, ça passe !

Je nage comme je peux, mal, mais je sors vivant. A vélo j’ai des sensations correctes ce qui me permet de poser 3ème et de ressortir 2ème du parc ! là, je suis rassuré : je n’ai pas perdu les bons réflexes des transitions à T2. Autant à T1 j’ai toujours été une bille, autant T2, y’a des fois où je brille.

A pied, je me fais de suite reprendre par le type qui pose 2, puis je me fais reprendre au 2ème kilomètre par un jeune raphaelois… Je finirai au ‘mano-à-mano’ avec lui dans le dernier kilomètre… Il me distancera à 500m du but pour aller chercher le bronze, je ne peux lutter… Médaille en chocolat.

Le lendemain, je m’aligne à Besse-sur Issole, terre de quadruplet hyèrois en 2015 (dans l'ordre : Tristan Delacroix / Boris Carène /Moi/ Antho Hennebelle).. Je termine avec 50 secondes de plus que l’an passé dans de bien meilleures conditions… Je termine 9ème. Bref, j’ai encore du pain sur la planche… mais le Natureman c’est loin. La turquie c’est très loin… Et cozumel, c’est TRES très loin.

En fait mon week end, c’est un peu comme les primaires des partis à la campagne présidentielle… Je fais du bruit pour rien avant les vraies courses qui causent. Mais après tout... On nous habitue à ça !

A bientôt pour de nouvelles aventures chocolatées,

 


12/09/2016

GP de MARMANDE - Salades cyclopédiques au pays de la Tomate

posté à 13h57 dans "News course"

Salut les nines,

J’ai 106km de coupe de France à vous raconter.

À une heure où l’agroalimentaire nous fait malheureusement & faussement croire que chez les petits producteurs, les légumes sont plus chers, se déroulait le GP de Marmande, plus communément appelé, GP de la Tomate. Oui, ça fait pas ultra-rêver… Mais la spécialité du pays c’est la tomate, patate.

Partis confinés comme des courgettes en cagette avec le VS Hyères, nous voilà donc au départ de la finale de la coupe de France DN3. Les consignes sont claires pour moi : dès le début suivre les coups, aider les 2 acolytes à se replacer ou en cas de coups durs être dans le coin, et visser "la gueule au vent" si d’aventure un coup part sans aucun hyèrois…

Le départ est donné, je remporte haut la main (photo) le sprint intermédiaire du 1er passage sur la ligne d’arrivée.
Le départ réel est donné, fini de blaguer… On est pas là pour beurrer les coquillettes, comme dirait Flav’.

Je tente 6 fois, ça marchotte une fois… Mais en vain. Je me fais distancer par mes compagnons d’échappée dans la bosse… Mon avocat accuse les Oreo… Moi j’accuse le coup, et j’y laisse du jus.
Je reprends place dans le paquet lorsque Tristan crève! Je lui propose ma roue il me dit que non, mais me demande de l’attendre pour le ramener…

Il se fait dépanner par le DS et me revoilà 5km plus loin en train d’y faire le tempo à contre-file pour le replacer pile-poil au pied de la bosse… Je bascule je ne sais comment avec le peloton… Dans les deniers du peloton déjà bien réduit… Le tour d’après sera fatal… Je coulis une tomate. C’est comme couler une bièle… mais à Marmande.

je m’y attendais avec un taux de fer très faible et une fatigue croissante sur les 3 dernières semaines.
Mais à ce point… Non…

Bref, j’ai fais 106km de vélo.

A bientôt pour de nouvelles aventures chocolatées !
Jé Meat'pie.

 


29/08/2016

"Histoire de lait" - Le GP de Rousset (13)

posté à 15h15 dans "News course"

Salut les Nines,

J’ai passé un samedi à contre-temps.
Ce week end avait lieu le GP de Rousset… La petite coursette qui va bien pour débloquer le coeur.. la « ktalisse" de vélo, comme on dit vulgairement.

Affuté comme une vache, cette course est faite pour moi. Si, certes, le paysage est lait les grands bouts droits vallonnés m’énervent comme un taureau dans une arène.

Le départ est donné, je pars avec Mickael Couanon, on se fait reprendre, ça tergiverse, je revisse un grand coup, le peloton est en file indienne. Je fais des grandes vagues avec le vent de 3/4 en me disant « ça va bien finir par casser à une vingtaine »… Effectivement, 400m de vissage plus tard, 8 mecs se font la mâle en contrant mon accélération. je me retrouve prisonnier de mon piège tel un producteur laitier face à Lactalis : Obligé de rester avec le peloton alors que je ne le veux pas.

Les cuisses brulent, l’entrecôte chauffe, le coeur s’étouffe… Mais j’en remets une, parce que « C’est maintenant ou jamais ». Ils ont 45secondes, ça pue le coup où ça rentre pas... Je reviens à 18 secondes… Et je ne parviens pas à faire le petit effort pour boucher ces grosses 15 secondes.

Un contre part, je ne suis pas dedans… Je pars à contre temps pour essayer de rentrer dans ce contre. malheureusement, le mec qui m’accompagne a l’expérience d’un veau et ne veut pas rouler. Je me laisse à nouveau reprendre par le peloton.

Je ressors, personne ne m’accompagne… Je me fais reprendre par le peloton emmené par La pomme-marseille…

Je sors à nouveau, seul, puis un groupe de 3 me revient dessus… Nous ferons l’effort jusqu’à enfin rentrer sur le groupe de contre… à 2’ de l’échappée qui s’en est allé à la victoire… Je termine dans le milieu du groupe, plus la force de sprinter…

En fait le vélo, c’est comme les producteurs de lait…
Les producteurs veulent leur indépendance et se font toujours reprendre par le peloton Lactalis…. Mais à force de persévérance, l’échappée ira peut être au bout ? Les produits laitiers sont nos amis pour la vie!
Fuck la finance.

A bientôt pour de nouvelles aventures chocolatées.

Jé Meat’Pie.

 


24/08/2016

Chrono individuel & VTT : un week end fort de café !

posté à 08h53 dans "News course"

‎Salut les Nines,
Comme une capsule d'Espresso, le week end dernier était d'une intensité 9/10.

Samedi, je me suis aligné la gueule enfarinée et décaféinée sur le contre-la-montre toute caté de Hyères. Le 2e départ, 9h11, c'est moi. Les jambes moulines bien, le moulin à café est bien réglé sur 95trs/min pour moudre le grain avec délicatesse... puis je coince un peu le moteur dans le dernier kilo avec une arrivée au sommet du pas du cerf (col hors catégorie aussi gros qu'un tas de marre de café) : pas long, mais un bon taquet raide.

Je termine 3eme à 10 secondes de la gagne... avec un vélo classique ( mon vélo de contre-la-montre étant en cours de personnalisation chez Yadigo Cycling!!! )

Puis j'ai enchaîné le dimanche : je me suis aligné sur le trophée des cascades. Un trophée des ruelles avec la particularité de traverser une rivière ! Une petite épreuve bien sympathique, qu'on apprécie comme un café en terrasse.
Dans cette course en duo, j'étais accompagné de Marmoud, qui est pour moi ce que la capsule est au café : un truc qui sert à rien, qui pollue la vie, mais dont tu ne te passes pas.

Du coup, je remporte avec lui cette coursette qui était vraiment sympa !

Bref, je suis content. Les sensations reviennent. Deux podiums en deux jours... what else? :)

Ça biche.

A bientôt pour de nouvelles aventures chocolatées.



(ps : l'été est vraiiiiiiment chaud sur le site fitnesslover, d'où les annonces de canicule! )

 


16/08/2016

Coupe de France : De l'échappée du jour au Gruppetto... puis, EMBRUNMAN le lendemain !

posté à 16h11 dans "News course"

Salut les Nines,

Dans ce monde de bons, de brutes et de truands, il y a aussi des choses normales qui se passent... Et dans ce monde normal, Dimanche 14 avait lieu la 4ème manche de la coupe de France de cyclisme sur route DN 3 avec l’équipe de bike de Hyères.

Vendredi 12 aout, 32h45 du matin:Après avoir fêté mon anniversaire, me voilà parti en camion pour passer ma nuit. [Oui, ça fait le 13 à 8h45, mais je t'assure que pour moi, c’est 32h45 du 12].

Samedi 14 aout, 19h nous voilà arrivé en terre de combat après avoir traversé les célèbres batailles de l’autoroute du Soleil, de l’A7 et des bouchons stéphanois.

Dimanche 13h, c’est le grand soir. Du moins le grand jour. A croire que le surlendemain de fête me réussi : je prends l'échappée du jour, nous nous retrouvons à 8 devant.

Conscient que les bonnes jambes ne dureront pas à cause de la soirée passée avec l'ami Bacardi et son cousin Sèzoisanteqatre, je passe mes relais un peu en dedans, sans non plus nuire à mes 7 compagnons d’échappée. Nous voilà avec une avance devenant confortable : 1’45’’… Tout semble bien se dessiner pour nous… Je me dis alors que ça va rentrer dans les points quoiqu’il en soit : « au pire 8ème, Nine! » ou même si un petit groupe d’une dizaine en contre arrive à se faire la mâle et nous rejoindre… Un top 20, c’est de bons points pour l'équipe...

Mais ce fameux groupe de contre ne se créera jamais, et c’est ce qui fera avorter notre échappée au bout de 60km passés à l’avant, et 100km de course… Dans le peloton, ça s’agite, les coups fusent, le contre ne se forme pas… A force, nous redescendons notre avance à une minute, puis cinquante secondes… puis insistons pour remonter à 1’20… puis redescendons malgré-nous jusqu’à se faire avaler par le pack étiré.

Et là, ça devient dur… Je me mets une cartouche pour replacer le leader Jean Melissandre en me disant « tu n’as plus que ça à faire, de toute façon tu vas sauter ». Et c’est effectivement ce qui se passera… Je saute presque quand au même moment Jean crève… je l’attends, je l’aide pour rentrer comme je peux, puis... Me voilà entre les voitures des directeurs sportifs, dans la poussière de terre s’envolant, seul, à lutter jusqu’à l’explosion totale…. Et elle fut totale, effectivement.

Dimanche 14, 18h30, en route! On redescend… Direction Embrunman pour défoncer les tympans de Charlotte.

Dimanche 14. 26h37, Me voilà presque arrivé à Embrun : je prends une rapide douche sur le rond point avec l’arrosage automatique afin de ne pas réveiller toute la compagnie en arrivant.

Dimanche 14, 27h30 : j’arrive à la maison… Charlotte a fermé les 2 portes des chambres, je ne sais pas dans laquelle elle est… pour être sur de ne pas la réveiller, je vais me coucher sur le carrelage de la cuisine.

Lundi 15, 4h00 : Charlotte vient dans la cuisine pour préparer sa course. Pour ne pas faire d’hypo, je l’accompagne.

Lundi 15. 5h30. Me voilà au bord du plan-d’eau… Et certains regrettent déjà ma présence… Leurs oreilles aussi.

Lundi 15. 5h31 : Je hurle.
Lundi 15. 16h03 : j’arrête de hurler, pour la bonne cause : elle fait 2.

Lundi 15, 27h40, j’arrive chez moi.

Mardi 9h… Je suis au bureau. Aujourd’hui, tout va bien. Ma voix se repose.. Mon mégaphone aussi… et tout le monde m'en remercie.

Puis, je m’dis que ce monde normal, il est sympa quand même. Alors profitons en, et jouons avec le temps... tant qu'il est encore "temps".

Jé.
N'oubliez pas que l'été est chaud sur fitnesslover.fr ! ;)

ps : vidéo d’embrun à venir… Boule kiès conseillé pour la visionner !

 




» Consulter les archives

RSS